Warm Leatherette

« Warm Leatherette » est un morceau qui date de 1978. Il a été réalisé et produit par Daniel Miller qui n’est autre que le créateur de Mute Records ( le label de Depeche Mode, Yazoo…) Il s’agit de la face B du tout premier disque de ce label (la face A s’appelle « T.V.O.D. ») Les paroles ont été inspirées par « Crash », écrit par JG Ballard en 1973. Ce livre parle de la fascination perverse d’un petit groupe d’individus pour le sexe et les accidents de voiture. Cet ouvrage aussi mythique que dérangeant a aussi inspiré un essai au philosophe Jean Beaudrillard, ainsi qu’un film au réalisateur David Cronenberg. Film que j’ai vu et qui met réellement mal-à-l’aise…

Quant à la superbe Grace Jones, elle s’est directement inspirée du morceau de The Normal et en a fait le nom de son album sorti en 1980. Cette nouvelle version est la face B de « I’ve seen that face before ». Et fanchement, elle est aussi classe qu’elle…

Voici les paroles :

See the breaking glass
In the underpass
See the breaking glass
In the underpass

Warm leatherette

Hear the crushing steel
Feel the steering wheel
Hear the crushing steel
Feel the steering wheel

Warm leatherette

Warm leatherette

Warm leatherette
Melts on your burning flesh
You can see your reflection
In the luminescent dash

Warm leatherette

A tear of petrol
Is in your eye
The hand brake
Penetrates your thigh
Quick - Let's make love
Before you die

On warm leatherette
Warm leatherette

Warm leatherette
Warm leatherette
Warm leatherette

Join the car crash set

Galaxie 45 – Episode 6

Emission du 14 avril 2021:

THE HUMAN LEAGUE – Thirteen
A FLOCK OF SEAGULLS – Lost control
– PATRICK ROCHE – Hifi solitude
GRACE JONES – Warm leatherette
– QUEEN – A dozen of red roses for my darling
VINYL – Pulse
– GINO SOCCIO – Think back
PATRICK COWLEY – Lift off
– GARCONS MANQUES – Diableries
KRAFTWERK – Computerlove
DEUX – Paris Orly
– DRINKING ELECTRICITY – Subliminal
DEPECHE MODE – Fools
THE NORMAL – Warm leatherette

 

* PODCAST *

Galaxie 45 – Episode 5

Playlist de l’émission du 2 avril :

IMAGINATION – New dimension
– KIM WILDE – Child come away
PETER SHILLING – Major Tom
WAS (NOT WAS) – Wheel me out
JAWOLL – Taxi
HUBERT KAH – Rosemarie
RHEINGOLD – Dreiklangs dimensionen
VISAGE – Fade to grey
DEPECHE MODE – It’s called a heart
THE HUMAN LEAGUE – Being boiled
– DRINKING ELECTRICITY – Random particles
– NO MORE – Suicide commando
FRONT 242 – Until death
KRAFTWERK – The robots

Podcast ICI

Galaxie 45 – Episode 3

Playlist du 3 mars 2021 :

LE CLUB – Attentat à la couleur
TAXI GIRL – Aussi belle qu’une balle
– TRIO – Anna Lassmichrein-Lassmichraus
FULT – Fog Boung Girl
– GRAUZONE – Eisbaer
– BLANCMANGE – Feel me
– NEW ORDER – Chosen Time
DEVO – The girl u want
– UNITS – The right man
– GUERRE FROIDE – Ersatz
– FUTUR-Z – Paranoïa
– VOX LOW – Some words of faith
– BOY HARSHER – Modulations

le podcast ICI

Radio Bartas

NOUVELLE ÉMISSION SUR RADIO BARTAS A FLORAC !!!!!

Playlist du 13 janvier 2021 :

« Hypnose » – Dominique Webb/JM Jarre
– « Rapture » – Blondie
– « Midnight Man »- Flash and the Pan
– « Beats of love » – Nacht und Nebel
– « The damned don’t cry » – Visage
« Back to Tokyo » – Axelle
– « Strangelove » – Depeche Mode
« Baby Talk » – Alisha
– « I can’t wait » – Nu Shooz
– « Word Up » – Cameo
« Genius of love » – Tom Tom Club
« Wordy Rappinhood » – Tom Tom Club
« The voice of Q » – Q
– « Mondo Man » – Roni Griffith
– « State Farm » – Yazoo
– « I.O.U. » – Freeez

 

You wanna suck my… BIP !

« Taste of Sugar » ne fait pas dans le romantisme avec les paroles de ce titre new beat de 1988. Ce style musical à la croisée de la new wave, de l’EBM (Electric body music – voir Front 242 ) et de l’acid house venue de Chicago est apparu en Belgique à la fin des années 80. Il intervient comme transition entre les années 80 et la techno qui voit le jour au début des années 90. Au départ diffusé exclusivement et de façon presque underground dans les discothèques du plat pays, il s’est ensuite répandu, commercialisé et caricaturé à l’extrême ( cf. Confetti ). J’aime bien l’énergie et l’authenticité qui émane des premières heures de ce style. Les vêtements et les chorés respirent  l’insouciance et ça donne envie de danser !

En rapport avec le sujet, un documentaire très intéressant est en libre consultation. Il s’appelle « Sound of Belgium » et retrace l’histoire de la musique belge depuis le début du XX°s. Dit comme ça, ça a l’air chiant mais en fait pas du tout. On apprend comment émerge et se développe la musique électronique dans le contexte social et historique, de l’industrie de l’orgue de barbarie à celle du disque. A voir ici.

The nobody men

The nobody men. On ne pourrait pas mieux décrire le groupe obscur à l’origine de ce titre : VINYL. Avec un nom pareil, difficile de trouver quoi que ce soit sur la toile. Et encore, le son est aujourd’hui répertorié sur Youtube, ce qui n’était pas le cas il y a quelques années lorsque nous l’avons déniché. Un seul 45T à leur actif (sorti en 1980) et pas des moindres. Au-delà de leur aura de mystère, la musique et les paroles déchirent sur la face A autant que sur la face B, pour laquelle j’ai personnellement une préférence. Pulse.

Ce n’est pas si souvent qu’un disque de synth-pop réunit autant de qualités avec en plus une pochette graphiquement très réussie. Une véritable pépite. Sans hésitation, un top de la collec’ !!!

 

Pump it up !

La New Beat déboule sur la scène internationale avec ce morceau du groupe belge Technotronic. Devenu un tube mondial en 1989, Pump the Jam est LE titre qui met le feu au dancefloor à tous les coups ! C’est inratable, à chaque fois, tout le monde se met à sauter partout. J’adore le clip réalisé sous acide.

 

Amoureux solitaires

« Amoureux solitaires », chanté par la belle et ingenue LIO en 1980 (elle avait 17 ans…) a été conçu par Elli et Jacno. Il s’agit en réalité d’une version française de « Lonely lovers », un morceau de leur très rock’n’roll premier groupe de musique, les Stinky Toys. Elli est à l’origine des paroles et du design de la pochette, son associé, de la musique. Leur patte est indiscutable et le titre incontournable. Belle collab’ !

Pour la version karaoké :

Eh toi dis-moi que tu m'aimes
Même si c'est un mensonge et qu'on n'a pas une chance
La vie est si triste, dis-moi que tu m'aimes
Tous les jours sont les mêmes, j'ai besoin de romance

Un peu de beauté plastique pour effacer nos cernes
De plaisir chimique pour nos cerveaux trop ternes
Que nos vies aient l'air d'un film parfait

Eh toi dis-moi que tu m'aimes
Même si c'est un mensonge puisque je sais que tu mens
La vie est si triste, dis-moi que tu m'aimes
Oublions tout, nous-mêmes, ce que nous sommes vraiment

Amoureux solitaires, dans une ville morte
Amoureux imaginaires après tout qu'importe!
Que nos vies aient l'air d'un film parfait…

La la la la la…

L’homme-machine

Comment avoir pu passer à côté de Krafwerk jusqu’à aujourd’hui ?

Le groupe qui s’est formé à Dusseldorf au début des années 70 par Florian Schneider-Esleben et Ralf Hütter est l’un de nos piliers. Ces deux-là, avec la participation successive de différents collaborateurs vont mener pendant les deux décennies qui suivent des expérimentations totalement visionnaires sur la musique. Enfermés parfois pendant plusieurs semaines dans leur propre studio d’enregistrement, Kling Klang, ils s’appliquent à créer les bases de la musique électronique. A la fois sombre et engagée, celle-ci émane de nouveaux instruments analogiques et s’inspire de l’environnement industriel de l’Allemagne de la Rhur. A la fois visuelle et sonore, leur œuvre est totale et déterminante dans l’histoire de la Musique. Kraftwerk, c’est un monument, que dis-je, un mythe vivant que nous avons eu le bonheur et a chance de voir deux fois en concert 3D ces dernières années. Le concept, avec son esthétique minimaliste, n’a pas pris une ride.

The robots est la 1° chanson de l’album The Man-Machine (1978), album que les spécialistes aiment décrire comme l’apogée de leur carrière.

 

 

DEUX… à 2 balles !!!

Voici notre dernière trouvaille. Sans aucun doute LA MASTERPIECE de notre collec’ à ce jour !!! Mon cœur a du rater un battement lorsqu’on l’a sorti du carton de 45T. Puis j’ai cru mourir de joie quand le vendeur nous a annoncé le prix de 2€ pièce. DEUX. Gérard Pelletier et Cathy Tete sont les membres de ce groupe de musique électronique synth-pop qui s’est formé à Lyon en 1982. Inspirée par Kraftwerk et la minimal wave qui déboulent au début des années 80, leur œuvre résulte d’une création spontanée et de bricolage maison. Mais comme souvent pour les précurseurs, ils n’ont pas connu de succès retentissant. Trop d’avance sur leur époque. Ces deux-là n’ont pourtant jamais cessé de faire de la musique jusqu’à la mort de Gérard en 2013. Leur titre le plus connu est Paris Orly.

Quelques rééditions ont vu le jour dans les années 2000, mais les K7 et disques d’époque sont aujourd’hui des trésors d’une grande rareté. Felicita / Game and performance est leur premier single sorti en 1983 à 500 exemplaires. On n’en revient toujours pas d’en posséder un…

Who is « Q » ?

Voice of Q (1982). Ce titre d’électro-disco nous a fait un clin d’œil du fond d’un carton où il était rangé avec de la musique classique et folklorique. Improbable. Et magnifique quand on constate sa cote sur les sites spécialisés. Un vrai coup de chance ! Mais c’est aussi toute la magie des vides-grenier, qui nous fait sentir qu’il est encore possible de trouver des petits bijoux en se penchant dans la poussière. Seulement 950 francs !!!

Ce soir c’est la folle ambiance…

… Au café ici la France !

Voici les premiers vers de ce cette chanson sortie en 1979. Ces trois garçons ne sont pourtant pas français mais belges. Le groupe, formé en 1978, n’était au départ qu’un canular. Inspiré tout à la fois par le disco et par l’utilisation d’instruments analogiques, leur univers teinté d’humour burlesque prends le contrepied de celui de Kraftwerk, froid et minimal, tout en lui empruntant ses codes (l’homme et la machine). Cela les a surement sauvés d’un succès commercial qui aurait pu récupérer le caractère subversif et impertinent de leur démarche. Au final, bien qu’on ne se rappelle pas tous les titres (notons quand même une pas remarquée du tout et très ironique participation à l’Eurovision en 1980…), Télex peut se vanter d’avoir été une authentique expérience artistique et a sa place parmi les références et les pionniers de la musique électronique. Moskow Disco est l’une de leurs pépites. Constatez…