Chemise

Qui aurait dit qu’avec un nom pareil serait produit l’un des plus grand classiques de funk des années 80 ? Groupe obscur, morceau inusable. Un indispensable de la collec’

–> She can’t love you 

AH AH ! NO NO !

NENA

Cette artiste populaire allemande s’est fait connaître avec l’universelle 99 Luftballons. Ce qui est dommage c’est que cette chanson, passée et repassée sur toutes les radios depuis 36 ans, ait aimanté toute l’attention du public jusqu’à presque évacuer tout le reste de son œuvre. Je pense notamment au groupe The Stripes dont elle était chanteuse et avec lequel elle a laissé un bel album. Oublié. Je pense également à ce titre, Nur Geträumt, premier single du groupe Nena extrait du même album que 99 Luftballons, sorti en 1982. Oublié aussi des radios françaises. Heureusement que notre ami Pascal nous l’a soufflé lors de l’une de ses émissions « spécial synthé » du SAV sur Radio Canut (Lyon), sinon on serait passé à côté de ce joli 45T.

A écouter ici –> https://www.youtube.com/watch?v=X_Tk5b1CVzg

We are not men, we are…

DEVO

Ce groupe américain formé en 1973 autour d’instruments traditionnels va, dans les années qui suivent, créer une œuvre vraiment originale en y ajoutant des sons électroniques. Provocateur derrière une apparence clownesque, le groupe met en place un rock aux rythmiques atypiques et aux sonorités dissonantes qui va les amener à un réel succès populaire. Leurs textes autant que leurs costumes déjantés sont des critiques de la société américaine et de son consumérisme. On a pas résisté à acheter un bras notre album préféré de leur discographie, trouvé ce matin dans une boutique de Rennes. Freedom of Choice, sorti en 1980, est, à notre oreille, le plus punchy et funky de tous. Avec Girl u want, Gates of steel, ou encore Whip it dont voici le clip, c’est la mine à tube !

 

L’homme-machine

Comment avoir pu passer à côté de Krafwerk jusqu’à aujourd’hui ?

Le groupe qui s’est formé à Dusseldorf au début des années 70 par Florian Schneider-Esleben et Ralf Hütter est l’un de nos piliers. Ces deux-là, avec la participation successive de différents collaborateurs vont mener pendant les deux décennies qui suivent des expérimentations totalement visionnaires sur la musique. Enfermés parfois pendant plusieurs semaines dans leur propre studio d’enregistrement, Kling Klang, ils s’appliquent à créer les bases de la musique électronique. A la fois sombre et engagée, celle-ci émane de nouveaux instruments analogiques et s’inspire de l’environnement industriel de l’Allemagne de la Rhur. A la fois visuelle et sonore, leur œuvre est totale et déterminante dans l’histoire de la Musique. Kraftwerk, c’est un monument, que dis-je, un mythe vivant que nous avons eu le bonheur et a chance de voir deux fois en concert 3D ces dernières années. Le concept, avec son esthétique minimaliste, n’a pas pris une ride.

The robots est la 1° chanson de l’album The Man-Machine (1978), album que les spécialistes aiment décrire comme l’apogée de leur carrière.