Episode 8 – Spécial PUNK

Émission du 9 juin 2021:

– SEX PISTOLS – Holidays in the sun
– THE CLASH – Clash city rockers
– THE RAMONES – Beat off the brat
– ZONE INFINIE – Les failles
– DEFAITE – Dans mes veines
– PIZZA O.D. – J’sers à rien
– TELECOMMANDE – Panique sur les écrans
– RIXE – Coups et blessures
– FAUX DEPART – L’aventure est morte
– PERTTI KURIKAN NIMIPAIVAT – Oma rauha
– LITIGE – Scanner
– DEAD RAMONES – Hello bad day
– EDITH NYLON – La danse des poignards
– KAS PRODUCT – So young but so cold
– PERIPHERIQUE EST – Système D.
– RED ZEBRA – I can’t live in a living-room
– FRUSTRATION – Dreams, laws, rughts and duties

 

*** PODCAST ***

 

 

 

Episode 7 – Tout en français

Émission du 21 mai 2021:

– LES CALAMITES – Vélomoteur
– NEW PARADISE – Mani maniac
ELLI ET JACNO – Main dans la main
REGRETS – Tout le monde s’amuse
LE CLUB – Un fait divers et rien de plus
TAXI GIRL – P.A.R.I.S
– MY SISTER KLAUS – Château Rouge
– MODERNE – Switch on Bach
– MODERNE – Judo-o dojo
– TOKOW BOYS – Welcome to Japan
– URSA – L’esprit de la teuf
ICH BIN – Danger
– LIO – Banana split

 

*** PODCAST ***

Obéis !

« Obéis » est un album d’ICH BIN sorti en 2006. Rapidement en rupture de stock, il a finalement été réédité l’année dernière. Ce groupe nihiliste made in Mulhouse jette un regard froid et apocalyptique sur le quotidien de notre société moderne. J’adore le design graphique et cette carte imaginaire de France qui nous plonge dans leur fin du monde…

A écouter ici –> https://www.youtube.com/watch?v=uUbOEhet61I&list=PLF00120607F49DDF0

Warm Leatherette

« Warm Leatherette » est un morceau qui date de 1978. Il a été réalisé et produit par Daniel Miller qui n’est autre que le créateur de Mute Records ( le label de Depeche Mode, Yazoo…) Il s’agit de la face B du tout premier disque de ce label (la face A s’appelle « T.V.O.D. ») Les paroles ont été inspirées par « Crash », écrit par JG Ballard en 1973. Ce livre parle de la fascination perverse d’un petit groupe d’individus pour le sexe et les accidents de voiture. Cet ouvrage aussi mythique que dérangeant a aussi inspiré un essai au philosophe Jean Beaudrillard, ainsi qu’un film au réalisateur David Cronenberg. Film que j’ai vu et qui met réellement mal-à-l’aise…

Quant à la superbe Grace Jones, elle s’est directement inspirée du morceau de The Normal et en a fait le nom de son album sorti en 1980. Cette nouvelle version est la face B de « I’ve seen that face before ». Et fanchement, elle est aussi classe qu’elle…

Voici les paroles :

See the breaking glass
In the underpass
See the breaking glass
In the underpass

Warm leatherette

Hear the crushing steel
Feel the steering wheel
Hear the crushing steel
Feel the steering wheel

Warm leatherette

Warm leatherette

Warm leatherette
Melts on your burning flesh
You can see your reflection
In the luminescent dash

Warm leatherette

A tear of petrol
Is in your eye
The hand brake
Penetrates your thigh
Quick - Let's make love
Before you die

On warm leatherette
Warm leatherette

Warm leatherette
Warm leatherette
Warm leatherette

Join the car crash set

Episode 6 – Face B

Emission du 14 avril 2021:

THE HUMAN LEAGUE – Thirteen
A FLOCK OF SEAGULLS – Lost control
– PATRICK ROCHE – Hifi solitude
GRACE JONES – Warm leatherette
– QUEEN – A dozen of red roses for my darling
VINYL – Pulse
– GINO SOCCIO – Think back
PATRICK COWLEY – Lift off
– GARCONS MANQUES – Diableries
KRAFTWERK – Computerlove
DEUX – Paris Orly
– DRINKING ELECTRICITY – Subliminal
DEPECHE MODE – Fools
THE NORMAL – Warm leatherette

 

* PODCAST *

Future is now

« Changing minds » de 16BIT ou la révolution des écrans en… 1987. Petit bijou ésthétique, le clip exprime la fascination pour les nouvelles images créées par l’outil informatique qui se répandent un peu partout dans ces années-là.

Le disque a été pris en photo devant l’ordinateur « Genius 4000 » trouvé par mon copain à la déchett’ la semaine dernière.

Read the instructions on your plasma screen
store your program an disc
And now you move with the cursor up and down
left and right.
Printing directly from the keyboard
change line fourty in your program
Insert a sheet of paper and let the system run.
Face the fact you're left in the dark
with the fantastic 8 megabyte computer.
Start by checking all the connections
and now turn on the power.
While holding the bold key
activating the ram expansion port
Insert your final program
and then yau press 'return'.

changing
changing
changing minds.

Read the instructions on your plasma screen
store your program on disc

changing
changing
changing minds

If you have detected an error
enter the following cammand
Poke eighthundredandfiftyeight
one and two
three and four.
Pressing the backspace indicator
touch one of the red function keys
Select the background colour
the wihte

the black
the green
the red.

changing
changing
changing minds

Count these pieces of information
don't be afraid
my friend
Learn to use this computer
don't try to lose control
If you don't follow these instructions
a five pound explosive charge
Will detonate in your face
and now turn ott the power!

Episode 5

Playlist de l’émission du 2 avril :

IMAGINATION – New dimension
– KIM WILDE – Child come away
PETER SHILLING – Major Tom
WAS (NOT WAS) – Wheel me out
JAWOLL – Taxi
HUBERT KAH – Rosemarie
RHEINGOLD – Dreiklangs dimensionen
VISAGE – Fade to grey
DEPECHE MODE – It’s called a heart
THE HUMAN LEAGUE – Being boiled
– DRINKING ELECTRICITY – Random particles
– NO MORE – Suicide commando
FRONT 242 – Until death
KRAFTWERK – The robots

Podcast ICI

Episode 4 – DISCO et évolutions

Playlist du 17 mars sur Radio Bartas (107FM)

DROIDS – The force
– THE IMMORTALS – Ultimate warlords
GIORGIO MORODER – From here to eternity
TOPO & ROBY – Under the ice
VALERIE DORE – Get closer
– RAF – Self-control
MY MINE – Hypnotic tango
PEGGY – He ha ho
BETTY MIRANDA – Take me to the top
– FUN FUN – Give me your love
SABRINA – Boys boys boys
– RONI GRIFFITH – Love is the drug
BOBBY « O » – I pretend
MAGAZINE 60 – Don Quichotte
MONTE KRISTO – Sherry Mi-Saï
– ELECTRA – Cuando cuando

LE PODCAST ICI !!!

Valerie Dore

« Get closer » de l’italienne Valérie Dore (1984) La vérité est que je déteste sa voix, ainsi que le design graphique de ce 45T, vraiment sans intérêt mais par contre le son du synthé… et la présence sur scène de cette interprète (!) qui semble à chaque fois complètement possédée par ce qu’elle chante, j’adore !« The night » est un autre de ses morceaux/clip sublimé par l’instru magique des 30 premières secondes et sa performance scénique 😉 Je tiens à en féliciter les concepteurs, en particulier le coiffeur et le costumier. Un grand merci pour cette perle italo-romantique !

HE HA HO !

He Ha Ho de PEGGY (1986) ou l’italo-disco dans toute sa splendeur. C’est pas vraiment fait pour réfléchir, et on se met à fredonner le refrain malgré-nous… Ce disque a été déniché dans un recoin de la ressourcerie de la Grand-Combe où tous les articles sont à prix libre (et conscient, bien sûr…)

Megatron man

Megatron man de Patrick Cowley, en Maxi 33T. J’adore également la face B et les paroles de Lift Off :

Take a trip to another dimension
Leave your troubles far behind
Make your move to a mind extension
Far beyond of space and time (space and time)

Lift-off, lift-off
Lift-off, lift-off

Take a trip to another dimension
Leave your troubles far behind
Make your move to a mind extension
Far beyond of space and time (space and time)

Lift-off, lift-off
Lift-off, lift-off

It's a place of your own invention
Take a break on the daily bright
Leave the world to spend the night on action
Don't trust the voice, see the center of your mind

Lift-off, lift-off
Lift-off, lift-off

Episode 3

Playlist du 3 mars 2021 :

LE CLUB – Attentat à la couleur
TAXI GIRL – Aussi belle qu’une balle
– TRIO – Anna Lassmichrein-Lassmichraus
FULT – Fog Boung Girl
– GRAUZONE – Eisbaer
– BLANCMANGE – Feel me
– NEW ORDER – Chosen Time
DEVO – The girl u want
– UNITS – The right man
– GUERRE FROIDE – Ersatz
– FUTUR-Z – Paranoïa
– VOX LOW – Some words of faith
– BOY HARSHER – Modulations

le podcast ICI

Episode 2

Playlist du 4 février 2021 :

– FAD GADGET  « Saturday night special »
DEPECHE MODE  « World in my eyes »
– CLASSIX NOUVEAUX  « Robot dance »
FLOCK OF SEAGULLS  « I ran »
– THOMPSON TWINS  « Lies »
THE HUMAN LEAGUE  « The Lebannon »
– ENGLISH BOY ON THE LOVE RANCH « Sex vigilante »
– FALCO « On the run »
– DAF « Liebe auf den ersten blick »
ETIENNE DAHO « 4000 années d’horreurs »
TAXI GIRL « Mannequin »
DEUX « Europe »

Le podcast de l’émission est sur le site de Radio Bartas –> ICI

Pop Sato

« POP SATORI » sorti en 1986 a été disque d’or. Epaule tattoo, Paris le Flore, 4000 années d’horreur, Pop égérie (en duo avec Elli Medeiros), Duel au soleil ou encore le fameux Tombé pour la France… dans une pochette aux finitions dorées qui a été conçue par Etienne lui-même. Grande classe…

Mon titre préféré est « Epaule tattoo ». J’ai souvent bloqué sur le clip de ouf de ce morceau et je cherchais le 45T depuis longtemps. C’est mon mec qui a fini par me rapporter ce disque de chez Emmaüs alors qu’il déteste Etienne Daho. Résultat : il tourne en boucle à la maison. C’est beau l’amour…

Audace, indécence exigées
Blocus pour qui souhaite s'immiscer
Ce night club où le jazz est prisé
Réticence pour qui souhaite s'y glisser
Par le tempo possédée, sur la piste verglacée, da da dap dap
Par le tempo possédée, je l'ai vu danser
Ce night à l'admission privée
Entasse une foule électrisée
Par le tempo possédée, sur la piste verglacée, da da dap dap
Par le tempo possédée, ma Suzy dansait
Au Taboo, pas besoin de bagou
Son épaule est tattoo, tattoo
Là, sur sa peau gravé, à l'encre bleue dessiné, da da dap dap
Là, sur sa peau gravé, un tattoo bleuté
Audace, indécence exigées
Blocus pour qui souhaite s'immiscer
Ce night club où le jazz est prisé
Rictus crispé pour qui s'fait jeter
Vous avez sollicité, mes bas instincts suscités, da da dap dap
Vous m'avez sollicité, j'pouvais pas lutter
Oooh, Taboo, mais ce mot est à vous
Ton épaule est tattoo, t'es toute à moi
Je ne sais c'qui s'passa, Suzy dans le vice, versa, da da dap dap
Vice et vice et versa, quand Suzy cèda
Vice et vice et versa, Suzy dans le vice versa, da da dap dap
Vice et vice et versa, dans le vice, versa.

Radio Bartas

NOUVELLE ÉMISSION SUR RADIO BARTAS A FLORAC !!!!!

Playlist du 13 janvier 2021 :

« Hypnose » – Dominique Webb/JM Jarre
– « Rapture » – Blondie
– « Midnight Man »- Flash and the Pan
– « Beats of love » – Nacht und Nebel
– « The damned don’t cry » – Visage
« Back to Tokyo » – Axelle
– « Strangelove » – Depeche Mode
« Baby Talk » – Alisha
– « I can’t wait » – Nu Shooz
– « Word Up » – Cameo
« Genius of love » – Tom Tom Club
« Wordy Rappinhood » – Tom Tom Club
« The voice of Q » – Q
– « Mondo Man » – Roni Griffith
– « State Farm » – Yazoo
– « I.O.U. » – Freeez

 

RED

« Back to Tokyo » est une belle surprise dénichée chez Emmaüs. L’interprète,  n’est autre qu’Axelle qui n’était pas encore Red. Ce disque paru en 1985 sur un label danois marque le début de sa carrière. La chanteuse belge, Fabienne Demal de son vrai nom, est assez méconnaissable dans ce clip de midinettes. Le synthé est magnifique. J’adore.

You wanna suck my… BIP !

« Taste of Sugar » ne fait pas dans le romantisme avec les paroles de ce titre new beat de 1988. Ce style musical à la croisée de la new wave, de l’EBM (Electric body music – voir Front 242 ) et de l’acid house venue de Chicago est apparu en Belgique à la fin des années 80. Il intervient comme transition entre les années 80 et la techno qui voit le jour au début des années 90. Au départ diffusé exclusivement et de façon presque underground dans les discothèques du plat pays, il s’est ensuite répandu, commercialisé et caricaturé à l’extrême ( cf. Confetti ). J’aime bien l’énergie et l’authenticité qui émane des premières heures de ce style. Les vêtements et les chorés respirent  l’insouciance et ça donne envie de danser !

En rapport avec le sujet, un documentaire très intéressant est en libre consultation. Il s’appelle « Sound of Belgium » et retrace l’histoire de la musique belge depuis le début du XX°s. Dit comme ça, ça a l’air chiant mais en fait pas du tout. On apprend comment émerge et se développe la musique électronique dans le contexte social et historique, de l’industrie de l’orgue de barbarie à celle du disque. A voir ici.

The nobody men

The nobody men. On ne pourrait pas mieux décrire le groupe obscur à l’origine de ce titre : VINYL. Avec un nom pareil, difficile de trouver quoi que ce soit sur la toile. Et encore, le son est aujourd’hui répertorié sur Youtube, ce qui n’était pas le cas il y a quelques années lorsque nous l’avons déniché. Un seul 45T à leur actif (sorti en 1980) et pas des moindres. Au-delà de leur aura de mystère, la musique et les paroles déchirent sur la face A autant que sur la face B, pour laquelle j’ai personnellement une préférence. Pulse.

Ce n’est pas si souvent qu’un disque de synth-pop réunit autant de qualités avec en plus une pochette graphiquement très réussie. Une véritable pépite. Sans hésitation, un top de la collec’ !!!

 

Free JoJo !

On a passé pas mal de temps dans les cartons à chercher ce disque lorsqu’on a commencé notre collec’… jusqu’au jour où notre ami Jojo nous l’a finalement offert. Cimer poto, on l’écoute toujours en pensant à toi. Garde la pêche !

–>  Bad boys, bad boys, what you gonna do ? what you gonna do when they come for you ?

Mannequin

Très beau titre de mes chouchous de Taxi-girl (1980)

–> https://www.youtube.com/watch?v=Aq_A5nORJGo

Mannequin derrière la vitrine, 
Attends tout seul ce soir. 
Mannequin derrière la vitrine, 
Qui cache ses yeux d’ivoire. 
Mannequin derrière la vitrine, 
Juste un corps sans mémoire. 
Mannequin derrière la vitrine, 
Tu passes sans même me voir. 

Mannequin derrière la vitrine, 
Attends tout seul ce soir. 
Mannequin derrière la vitrine, 
Qui cache ses yeux d’ivoire. 
Mannequin derrière la vitrine, 
Juste un corps sans mémoire. 
Mannequin derrière la vitrine, 
 
Tu passes sans même me voir. 

Mannequin derrière la vitrine, 
Attends tout seul ce soir. 
Mannequin derrière la vitrine, 
Qui cache ses yeux d’ivoire. 
Mannequin derrière la vitrine, 
Plus personne pour le voir. 
Mannequin derrière la vitrine, 
Plus personne pour le voir.

Pump it up !

La New Beat déboule sur la scène internationale avec ce morceau du groupe belge Technotronic. Devenu un tube mondial en 1989, Pump the Jam est LE titre qui met le feu au dancefloor à tous les coups ! C’est inratable, à chaque fois, tout le monde se met à sauter partout. J’adore le clip réalisé sous acide.

 

Edith NYLON

EDITH NYLON, ce sont six ados qui ont commencé à jouer dans un garage familial dans les années 70 alors qu’ils n’avaient même pas 18 ans. Ils ont été repéré lors d’un concours « Hollywood Chewing-gum » puis lancés sur le devant de la scène. Sous leur apparence prépubère, ils maîtrisent leurs instruments et les paroles un peu déjantées de leurs chansons déchirent ! Un véritable ouragan de fraîcheur sur la scène punk. Toute l’énergie et la fougue de leur jeunesse en concentré dans ce tube, Cinémascope. Après leur séparation et de surprenantes carrières (voir celle de la chanteuse, businesswoman internationale de premier ordre), le groupe s’est reformé à nouveau pour quelques concerts après un hiatus de 37 ans.

Plus d’infos sur leur site officiel –> https://www.edithnylon.fr/biographie/

Alien Girl

Nous avons visité une brocante ce matin. Du genre vintage coûteux pour jeunes cadres dynamiques. De beaux objets, orange si possible, des meubles très lourds, un tas de vieux vinyles poussiéreux jetés négligemment dans un coin de la pièce. Jusque-là, normal. En commençant à jeter un œil, on constate qu’il y a beaucoup de variète, pour ne pas dire de la soupe. Je ne peux pas m’empêcher de me demander qui achète ces disques-là, j’ai l’impression de voir sans arrêt les mêmes stocks qui ne bougent jamais. Et ceux-là sont chers : Sardou à 10€ pièce, Mireille Mathieu, pareil… Ils n’ont pas lésiné sur le prix des « classiques » (à chacun les siens après-tout…) Sans y croire beaucoup, par acquis de conscience, on continue un peu et c’est au milieu de tout ça qu’on tombe sur Alien Girl de Richard Bone. On ne l’avait jamais vu auparavant mais notre regard a tilté sur la jolie pochette (comme quoi, des fois, ça marche…) Au prix de 50 centimes, pas de gros risque, on le prend.

La magie de chiner, c’est qu’en découvrant ce son underground new-wave/synth-pop super-vitaminé composé par le mystérieux Richard Bone en 1981 on a pris une belle claque ! Le 45T en plus semble rare. Comme quoi, il ne faut jamais avoir de préjugé (ni de paresse) sur les vieux stocks poussiéreux. Il se peut que les Dieux du vinyle se soient penchés dessus sans prévenir pour y dissimuler un joyau. Merci le Hangar de la Plaine !

Amoureux solitaires

« Amoureux solitaires », chanté par la belle et ingenue LIO en 1980 (elle avait 17 ans…) a été conçu par Elli et Jacno. Il s’agit en réalité d’une version française de « Lonely lovers », un morceau de leur très rock’n’roll premier groupe de musique, les Stinky Toys. Elli est à l’origine des paroles et du design de la pochette, son associé, de la musique. Leur patte est indiscutable et le titre incontournable. Belle collab’ !

Pour la version karaoké :

Eh toi dis-moi que tu m'aimes
Même si c'est un mensonge et qu'on n'a pas une chance
La vie est si triste, dis-moi que tu m'aimes
Tous les jours sont les mêmes, j'ai besoin de romance

Un peu de beauté plastique pour effacer nos cernes
De plaisir chimique pour nos cerveaux trop ternes
Que nos vies aient l'air d'un film parfait

Eh toi dis-moi que tu m'aimes
Même si c'est un mensonge puisque je sais que tu mens
La vie est si triste, dis-moi que tu m'aimes
Oublions tout, nous-mêmes, ce que nous sommes vraiment

Amoureux solitaires, dans une ville morte
Amoureux imaginaires après tout qu'importe!
Que nos vies aient l'air d'un film parfait…

La la la la la…

Yazoo

En 1981, Vince Clark en passe de quitter Depeche Mode rencontre dans un bar Alison Moyet. Ensemble, ils décident de former le groupe Yazoo. En 2 ans de collaboration, ils peuvent se vanter d’avoir laissé quelques tubes. « You and me both » est le second album sorti en 1983. Malheureusement en raison de nombreuses tensions, le groupe se sépare avant même la sortie du disque…

Notre ami David nous l’a offert après l’avoir trouvé dans des poubelles. Evidemment, on aime LE tube de l’album, Nobody’s diary et la coiffure de Vince dans le clip, mais Happy people n’est pas mal non-plus. En fait, sur tous les morceaux, le son du synthé est franchement génial (dans la lignée de Speak and Spell de D.Mode) + le design graphique magnifique de la pochetteBref, on est pas prêt de l’échanger, celui-là.

 

Distorsion de l’esprit

Patrick Cowley, né en 1950 aux Etats-Unis, est un précurseur de la High-NRG. Ce style de musique inventé du côté de San Francisco et popularisé par les club gays au tout début des années 80 (Bobby « O » fait également partie de cette « avant-garde »), fait suite au disco en s’appuyant sur les  nouveaux sons électroniques créés par les premiers synthétiseurs, dont le révolutionnaire Moog, mais avec des rythmes beaucoup plus rapides. La carrière de cet artiste a été lancée par Sylvester (dont il faisait les arrangements) en 1979, lorsqu’il travaillait dans la boîte de nuit où celui-ci se produisait. Son œuvre a été plutôt fulgurante. Lorsqu’il crée « Mind Warp« , Pat’, très affaibli par un mal étrange ne sait pas qu’il est atteint du SIDA. Il meurt juste après la sortie de ce fantastique album en 1982.

Distorsion de l’esprit. C’est la signification de Mind Warp. On aime tellement le titre et l’univers cosmique qui le baigne qu’on a pas pu s’empêcher de l’acheter en double avec deux artworks différents. Pochettes de rêve. Son galactique. Merci Patrick Cowley.

 

Lullaby

Lullaby, single extrait de l’album « Desintegration » (1989) de The Cure me fait complètement fondre les soirs de spleen.

WAR !

You got the power / Cinco de mayo

Grâce à une ligne de basse explosive, le groupe WAR met le feu aux dancefloors en 1982.  Le single est extrait de l’album « Outlaw », d’où le port du masque. Je pense sortir de chez moi avec le même, ces prochains jours…

 

Mano Negra ilegal

 

Ce titre est extrait du troisième album de Mano Negra sorti en 1991. Ce groupe français mené par Manu Chao et dont le nom désigne le travail au noir en Espagne, a été actif entre 1987 et 1994. On leur doit quelques beaux titres dont « King of the Bongo » qui fut repris plus tard dans le premier album solo de Manu, Clandestino dans une version plus roots. Clandestino a été mon premier CD gravé au collège. C’était illégal d’en faire et c’est ma copine Elo, la seule qui avait un ordinateur qui les faisait chez elle puis les revendait à la récré (1998). Je l’ai écouté jusqu’à ce qu’il ne passe plus, trop détérioré par les années. Par contre ce disque n’a pas pris une ride. Selon Wikipédia, la chanson a pour origine un morceau du trompettiste de jazz américain Roy Eldridge (1939)

Moma was queen of the mambo
Popa was king of the Congo
deep down in the jungle
I started hanging my first bon-go

King of the Bongo
King of the Bongo bong

Every mon-key 'd like to be
In my place instead of me cause
I'm the king of the bongo
The king of Bongo bong

I want to the big town
Where ther's a lot of sound
From the jungle to the city
Lookin' for a bigger crown
So I played my Bongo
For the people of the big city
But they don't crazy
When I'm bangin' my boogie

Cause people like disco
And people like house
That's why they don't applause
When I'm bangin' on my bongo
they say that I'm a clown
Makin' too much dirty sound

They say there is no crown
For little monkey in this town

Nobody like to be
In my place instead of me
Cause nobody go crazy
When I'm bangin' on my boogie
But I don't like no disco
And I don't like the house
'Cause I'm born to rock
I'm born to pogo

When I'm bangin' on my bongo
All that swing belongs to me
I'm so happy there's nobody
In my place instead of me
I'm a king without a crown
Hangin' loose in the big town
 
And I'm born to rock
I'm born to pogo

Les classiques du barbeuk

Le confinement 2020, c’est comme si c’était tous les jours dimanches, mais les vide-grenier en moins, snif… C’est bien triste mais on ne se laisse pas abattre et on se console en sortant les classiques pour accompagner le barbeuk !

Peter Schilling – Major Tom (1983)

Modern Talking – You’re my heart, you’re my soul (1984)

Survivor – Eye of the Tiger (1982)

Laura Branigan – Self Control (1984)

Kajagoogoo – Too Shy (1983)

Ok Chicago !

Résonance est une expérience musicale de Pierre Bachelet et Mat Camison (?). « Ok Chicago » est son premier disque sorti en 1975. Tout comme Jacno et Groquik de Nestlé, le titre peut se targuer d’avoir été utilisé en 1984 dans une publicité pour la marque UHU. Elle met en scène un superbe décor inspiré par le dessin de la pochette

–> https://www.ina.fr/video/PUB3784040102

Un grand moment de la télévision pour lequel je n’étais malheureusement pas née mais que je découvre avec beaucoup de plaisir aujourd’hui…

Le métro de Berlin

1981. Berlin n’est pas encore connu pour la bande originale du film Top Gun qui sera LE succès populaire du groupe. Formé de six membres venus de Californie, il sort son premier album sous le label Enigma Records pour moins de 3000$ : Pleasure victim. Dedans, se trouve ce qui sera (à notre goût) le meilleur titre de leur carrière : The Metro. Le son rend ouf, tout comme l’atmosphère un peu sombre du clip, dont la beauté esthétique reste emblématique de l’ambiance new-wave de ces années-là. Un incontournable de la collec’ !

I'm alone sitting with my empty glass
My four walls follow me through my past
I was on a Paris train I emerged in London rain
And you were waiting there swimming through apologies

I remember searching for the perfect words
I was hoping you might change your mind
I remember a soldier sleeping next to me
Riding on the metro

You wore white smiling as you took my hand
So removed we spoke of wintertime in France
Minutes passed with shallow words
Years have passed and still the hurt
I can see you now smiling as I pulled away

I remember the letter wrinkled in my hand
"I'll love you always" filled my eyes
I remember a night we walked along the Seine
Riding on the metro

I remember a feeling coming over me
The soldier turned, then looked away
I remember hating you for loving me
Riding on the metro

I'm alone sitting with my broken glass
My four walls follow me through my past
I was on a Paris train I emerged in London rain
And you were waiting there swimming through apologies - sorry

I remember searching for the perfect words
I was hoping you might change your mind
I remember a soldier sleeping next to me
Riding on the metro

Say what ?

Classique synth-pop de 1982. Captain Sensible se nomme dans la vraie vie Raymond Ian Burns. Ce projet musical solo fait suite à une expérience proto-punk aussi différente qu’intéressante : Johnny Moped. Mais plus surprenant encore, il a fait partie du groupe The Damned dans lequel il fut bassiste, guitariste, claviériste, chanteur et compositeur ! Il a quitté le groupe en 1980 pour ne le retrouver qu’au début des années 2000. Il semblerait qu’ils continuent de tourner… Je n’imaginais pas que l’âme d’un punk pouvait se cacher derrière cette pochette et ce style. Encore une belle surprise de la Galaxie 45.

Depeche Mode addiction

Non, je ne suis pas accro à Depeche Mode, euh… bon d’accord, un peu… je ne peux juste pas m’empêcher de collectionner leurs 45T. Est-il besoin de présenter ce groupe mythique qui s’est formé en Angleterre à l’aube des années 80 et de la musique électronique ? Leur nom a été emprunté à un magazine français. Martin Lee Gore, Dave Gahan et Andrew Fletcher constituent le noyau dur du groupe qui a perduré au fil des années. J’aime le son synth-pop-indus-new wave, les mélodies percutantes et addictives, les samples, les textes variés et intelligents. Je suis admirative de leur productivité, industrielle, elle aussi : 14 albums jusqu’à aujourd’hui qui en font une œuvre presque inépuisable. Une véritable usine à tubes !

Le titre New Life sort en 1981. Les membres du groupes ont à peine 20 ans. Ils sortent à peine de l’œuf et sont déjà énormes !

 

Dessus dessous

Down Under est un titre du groupe australien Men at Work. J’avoue qu’on l’avait choisi pour le design prometteur de la pochette, et petit +, seule la face A est pressée, ce qui est plutôt rare… La musique légère, casse pas la baraque mais sent le soleil (aucun mal à imaginer un dancefloor avec ce son-là en 1982) + le clip petit budget à l’humour bien débile dans lequel il me semble voir que les mecs se moquent des hippies. Bref, on frôle le ridicule, et ça pourrait être complètement nul mais je ne peux pas m’empêcher d’être touchée (ou consternée, ça dépend des jours…) par cette insouciance si propre aux années 80… Va pour un article.

Electro kings

J’ai posté beaucoup d’italo-disco ces derniers temps sur le blog. On change un peu de registre avec ce classique universel et intemporel de Kraftwerk, The Model, extrait de l’album Computer World (1981). On avait eu beaucoup de chance de trouver le 45T dans un marché aux puces de Londres il y a une dizaine d’années. A ce moment-là, c’est la face B que j’écoutais en boucle, Computer Love. Je constate que cette mélodie me captive toujours autant. C’est sûr que celui-là, il a pas fini de tourner sur nos platines.

Ken Laszlo

En fait, ce nom n’est que l’un des innombrables pseudonymes de l’artiste italien Gianni Laszlo Coraini (cf. Danny Keith, De Niro, Ricky Maltese…) sous lesquels il a sorti un paquet de titres dans un pur style italo-disco. Un beau design graphique habille ce premier succès. Il fait écho au clip tourné à Paris dans le quartier de La Défense en 1984.

Coming from the space

KOTO est un projet conçu par l’italien Anfrando MAIOLA. Jabdah qui sort en 1986, semble venir d’une autre dimension. Dès qu’il tourne sur la platine, c’est l’euphorie, et je n’ai qu’une envie, c’est de pousser le volume au max !

 

DJ Bugs Bunny

Ce tourne-disque rare de marque Big Sounder n’est malheureusement pas dans notre collec’. Nous l’avons trouvé au marché aux puces de Mexico sans toutefois pouvoir le ramener :_( (Dans un voyage de 6 mois, c’est un peu délicat…) Quand je regarde la photo, je me dis que j’aurais bien fait tourner quelques disques dessus. Mais on ne peut pas tout avoir. Y’a plus qu’à se consoler en se disant que c’est tout de même magnifique d’avoir créé des objets comme ça…

 

Top 50 !

P.LION est un artiste italien qui a eu beaucoup de succès dans les années 80. Pourtant, même si son nom ne rappelle pas grand chose, cet héritier d’une famille bourgeoise de Lombardie (il était comte) a pourtant marqué les esprits. En effet, deux de ses chansons ont été utilisée pour le générique du TOP 50 sur Canal+, TF6 et MCM. A partir de 1984, date de la première diffusion de l’émission, c’est son morceau « Dream », composé la même année, qui est utilisé. Tout d’abord original, puis remixé au fil des années. « Happy children » pourtant sorti plus tôt (1983) le remplacera quelques années début 2000 avant de céder sa place à « Dream » de nouveau. On peut dire qu’il fait partie de la mémoire collective d’au moins deux générations d’ados. TOP !

Fake

Groupe suédois du début des années 80. Le clip aussi magnifique que kitch (il faut aimer le métal et le ballast, je vous l’accorde…) de leur morceau Brick (1985) a, pour l’anecdote été tourné dans le dépôt de trains de marchandises de la gare de Vitré en Bretagne. Pour de vrai !

 

DANGER !

You are a danger (1982) de Gary Low fait partie des premiers disques de notre collec’. On ne le passe plus beaucoup ces dernières années mais j’ai été agréablement surprise par le décor du plateau télé de ce live. Tellement italo !

 

Main dans la main

De la synth pop minimale comme je l’adore ! Le visuel autant que les paroles sont d’une fraîcheur inaltérable. La complémentarité des deux artistes est idéale. Rectangle a été produit par Jacno seul et Main dans la main est leur premier single commun, sorti 1980. Si c’est vrai que le nombre de notes est assez limité dans leur œuvre globale, celle-ci a le mérite d’être tout public et de ne pas se prendre trop au sérieux. RIP JACNO (2009)

N’importe quoi…

Tombé pour la France est une chanson d’Etienne Daho sortie en 1985. Tout sauf du n’importe quoi. La musique, les paroles, le beau clip, réalisé par Jean-Pierre Jeunet, l’attitude désinvolte et la coiffure négligée d’Etienne qui nargue la rigueur de son costard… Tout est réuni avec beaucoup de talent pour faire de ce titre un monument emblématique des années 80 en France. A écouter à fond sur les platines !

Tonton David

Le chanteur réunionnais nous régale avec ce clip de Peuples du Monde (vidéo d’assez mauvaise qualité, dommage) où apparaît entre autres le médiatique graffeur André pour une performance live, membre du crew 156 All Starz (avis aux connaisseurs…) Ambiance 1990 vintage !

Divine Divine

Notre drag-queen préféré nous séduit une fois de plus par ce titre : Shirts and tight blue jeans , un maxi 45 sorti en 1984. C’était l’age d’or, me direz-vous. Bobby O. produisait des disques comme il respirait. Sa collaboration avec Divine n’en était pas à ses débuts et avait déjà engendré plusieurs tubes. Leur duo transpire encore l’insolence et la liberté de cette époque.

Tchiki Boum

C’est sans conteste l’un de mes classiques indémodables. Le premier single du groupe rennais NIAGARA est un tube de l’été 1985. J’adore le style de Muriel Moreno, la chanteuse. J’ai quelques fois essayé de l’imiter en karaoké mais ça rend pas pareil…

Did you ever dream ?

On aime Samuraï (1985), titre composé par Michael Cretu, producteur d’origine roumaine qui fut le créateur d’une œuvre assez hétéroclite : des tubes Sandra au groupe Enigma dans les années 90 (pas du tout ma came, par contre, sorry)

Telegraph

Ce n’est pas le titre le plus connu d’Orchestral Manœuvre in the Dark mais il s’inscrit tout de même dans les premières expérimentations en matière de musique électronique (1983). On peut donc dire de lui qu’il est audacieux. En plus il s’illustre par un clip qui est un pur produit de l’esthétique des années 80. Tout y est : l’écriture digitale (rouge, en plus, la classe !), les fonds, les néons, la fumée, les objets et costumes rétros, le pas de danse « new wave » et bien sûr, le drapeau américain… Bref, ça vend du rêve 😉

It’s hot !

Alors que je pensais avoir saturé d’écouter du disco, m’est venue aux oreilles cette extraordinaire pépite. Le groupe d’origine sud africaine HOT R.S nous offre une jouissive reprise de House of the rising sun de 14mn30s et un magnifique visuel pour ce disque paru en 1977. Une belle surprise que j’ai écouté en boucle toute le reste de la  journée.

Fult

Voici un groupe obscur dont la pochette nous a fait de l’œil au cours d’un vide-grenier. Le monsieur qui s’en séparait n’est autre que le producteur de ce disque enregistré en 1975 près de Mâcon. « Show 2000 » est le nom du label sous lequel il faisait sortir des disques pour ses amis ou des artistes locaux. The fog boung girl est un titre de synth-pop aussi magnifique qu’inconnu (composé par Denis Malens) qui malheureusement (ou plutôt le contraire) est encore inconnu de l’internet. Chose hyper rare de nos jours qui fait qu’on se sent un peu privilégié de l’ajouter à notre collec’. Donc pas d’écoute cette fois-ci, mais un petit visuel de cet objet rare au graphisme soigné (Bernard Audet).

 

 

Bpm 122 Time 03.56.07

Never stop! (1989) est un titre de Front 242, groupe anticonformisme fondé en Belgique en 1981. Bien que leurs références esthétiques militaires furent controversées, l’influence exercée par leur œuvre dans l’histoire de la musique électronique reste quant à elle, indiscutable. Radicale, minimale, brutale et industrielle, ils nommeront eux-mêmes leur style EBM : Electronic Body Music.

CULTE !

Never stop
Never stop

We have ignition
We have control
Speed is reality
We've got to kick... start!

Can't you see
Don't you feel
It will never stop (never stop)

With no support
But strong conviction
Another step ahead

We handle the game
We handle the game

Well can't you see
Well don't you feel
It will never stop

Never stop
Never stop

We have ignition
We have control
Another step ahead
Don't you feel

Non stop
I'll show you at the end
To reach the top!

It will never stop!
Never stop!

L’été sera chaud !

On a ressorti les disques pour l’anniv’ de mon beau-frère. De bons classiques qui ont surtout fait danser les oncles et tantes qui sont venus pour l’occasion. Les plus jeunes, ils ne jurent que par l’électro et le nombre de vues sur Youtube. C’est déconcertant. Du coup, nous les avons laissés à leurs tablettes pendant qu’on faisait la fête. Extrait :

Original sin – Inxs

Banana split – Lio

J’aime regarder les filles – Patrick Coutin

Relax – Frankie goes to Hollywood

Thanks to you – Sinnamon

Der Komissar – Falco

 

Chemise

Qui aurait dit qu’avec un nom pareil serait produit l’un des plus grand classiques de funk des années 80 ? Groupe obscur, morceau inusable. Un indispensable de la collec’

–> She can’t love you 

AH AH ! NO NO !

NENA

Cette artiste populaire allemande s’est fait connaître avec l’universelle 99 Luftballons. Ce qui est dommage c’est que cette chanson, passée et repassée sur toutes les radios depuis 36 ans, ait aimanté toute l’attention du public jusqu’à presque évacuer tout le reste de son œuvre. Je pense notamment au groupe The Stripes dont elle était chanteuse et avec lequel elle a laissé un bel album. Oublié. Je pense également à ce titre, Nur Geträumt, premier single du groupe Nena extrait du même album que 99 Luftballons, sorti en 1982. Oublié aussi des radios françaises. Heureusement que notre ami Pascal nous l’a soufflé lors de l’une de ses émissions « spécial synthé » du SAV sur Radio Canut (Lyon), sinon on serait passé à côté de ce joli 45T.

A écouter ici –> https://www.youtube.com/watch?v=X_Tk5b1CVzg

We are not men, we are…

DEVO

Ce groupe américain formé en 1973 autour d’instruments traditionnels va, dans les années qui suivent, créer une œuvre vraiment originale en y ajoutant des sons électroniques. Provocateur derrière une apparence clownesque, le groupe met en place un rock aux rythmiques atypiques et aux sonorités dissonantes qui va les amener à un réel succès populaire. Leurs textes autant que leurs costumes déjantés sont des critiques de la société américaine et de son consumérisme. On a pas résisté à acheter un bras notre album préféré de leur discographie, trouvé ce matin dans une boutique de Rennes. Freedom of Choice, sorti en 1980, est, à notre oreille, le plus punchy et funky de tous. Avec Girl u want, Gates of steel, ou encore Whip it dont voici le clip, c’est la mine à tube !

 

L’homme-machine

Comment avoir pu passer à côté de Krafwerk jusqu’à aujourd’hui ?

Le groupe qui s’est formé à Dusseldorf au début des années 70 par Florian Schneider-Esleben et Ralf Hütter est l’un de nos piliers. Ces deux-là, avec la participation successive de différents collaborateurs vont mener pendant les deux décennies qui suivent des expérimentations totalement visionnaires sur la musique. Enfermés parfois pendant plusieurs semaines dans leur propre studio d’enregistrement, Kling Klang, ils s’appliquent à créer les bases de la musique électronique. A la fois sombre et engagée, celle-ci émane de nouveaux instruments analogiques et s’inspire de l’environnement industriel de l’Allemagne de la Rhur. A la fois visuelle et sonore, leur œuvre est totale et déterminante dans l’histoire de la Musique. Kraftwerk, c’est un monument, que dis-je, un mythe vivant que nous avons eu le bonheur et a chance de voir deux fois en concert 3D ces dernières années. Le concept, avec son esthétique minimaliste, n’a pas pris une ride.

The robots est la 1° chanson de l’album The Man-Machine (1978), album que les spécialistes aiment décrire comme l’apogée de leur carrière.

 

 

DEUX… à 2 balles !!!

Voici notre dernière trouvaille. Sans aucun doute LA MASTERPIECE de notre collec’ à ce jour !!! Mon cœur a du rater un battement lorsqu’on l’a sorti du carton de 45T. Puis j’ai cru mourir de joie quand le vendeur nous a annoncé le prix de 2€ pièce. DEUX. Gérard Pelletier et Cathy Tete sont les membres de ce groupe de musique électronique synth-pop qui s’est formé à Lyon en 1982. Inspirée par Kraftwerk et la minimal wave qui déboulent au début des années 80, leur œuvre résulte d’une création spontanée et de bricolage maison. Mais comme souvent pour les précurseurs, ils n’ont pas connu de succès retentissant. Trop d’avance sur leur époque. Ces deux-là n’ont pourtant jamais cessé de faire de la musique jusqu’à la mort de Gérard en 2013. Leur titre le plus connu est Paris Orly.

Quelques rééditions ont vu le jour dans les années 2000, mais les K7 et disques d’époque sont aujourd’hui des trésors d’une grande rareté. Felicita / Game and performance est leur premier single sorti en 1983 à 500 exemplaires. On n’en revient toujours pas d’en posséder un…

The Breaks

Clap your hands everybody !

The Breaks est LE monster tube de M. Kurtis Blow. Sorti en 1980, ce classique old school est le premier disque d’or du du hip-hop aux Etats-Unis. Un incontournable. Il fait même partie de la BO du jeu vidéo GTA, c’est pour dire…

 

Sur ma miouzik

Voici un beau 45T de l’ombre. J’aime tomber sur ce genre de titre, drôle et consternant à la fois. Ça frôle le génie tout en flirtant avec le ridicule. Pour ma part, d’un point de vue musical, j’assume totalement celui-ci. Quant au clip…

PS : Retournez le disque ! la face B n’est pas sans intérêt –> J’perds mon temps avec moi

 

Divine Jungle du Nord

Une nouvelle prise ce matin, sous le vent du Nord, entre éclaircies et averses de grêle, le vide-grenier n’aura finalement pas été vain. « Jungle Jezebel » de Divine est le premier album de cet interprète sorti en 1982 sous le label « O » Records (encore lui…) Divine. Harris Glenn Milstead de son vrai nom. Anti-reine du disco, personnage ultra-caricatural et scandaleux, ce drag-queen égérie de John Waters, s’est rendu célèbre par ses premiers rôles dans les films trash de ce dernier. Déjantée, anticonformiste, il devient rapidement une icône de l’Amérique underground des années 80. Plusieurs documentaires lui ont été consacrés : Divine Trash (1998) et I am Divine (2013)

Sur cet album sont présents Step by step, Alphabet Rap ainsi que Shoot your shot, qui sont des titres phares de la carrière inouïe de cet artiste controversé(e?). Harris Glenn Milstead est décédé en 1988 alors qu’elle était sur le point de tourner sur un épisode de « Mariés et deux enfants ».

Who is « Q » ?

Voice of Q (1982). Ce titre d’électro-disco nous a fait un clin d’œil du fond d’un carton où il était rangé avec de la musique classique et folklorique. Improbable. Et magnifique quand on constate sa cote sur les sites spécialisés. Un vrai coup de chance ! Mais c’est aussi toute la magie des vides-grenier, qui nous fait sentir qu’il est encore possible de trouver des petits bijoux en se penchant dans la poussière. Seulement 950 francs !!!

Les disques et leur histoire

Les inscriptions sur les pochettes de disques sont monnaie courante. Il s’agit du nom de son propriétaire, la plupart du temps. On imagine alors les boum où chacun ramenait ses disques et espérait les retrouver en fin de soirée. Mais parfois, on peut observer d’autres annotations, comme par exemple lorsque le disque à été offert, un petit mot en souvenir… ou encore celles de « vrais » DJ, du genre « passe les 3O premières secondes ! »… dessins,  graffitis (surtout dans le hard rock et le hip-hop). Ce sont plein de petits indices touchants et symboliques qui témoignent de la passion que fait naître la musique. Observez par exemple celle-ci, assez discrète pour ne pas gâcher l’artwork, et assez lisible pour nous faire sourire.

Ce genre de détails fait partie de la vie et de l’histoire de ces objets qui traversent les décennies. Ici, la reine du disco, Donna Summer avec On the radio, tube de 1979 concocté avec Giorgio Moroder. Pour ma part, je passe toujours la première minute. A bon entendeur. J’essaierai de trouver d’autres exemples pour des prochains posts…

Mystérieux TTC

Tom Tom Club, c’est un de nos incontournables. Pop groovy funky hip-hop, c’est une musique multifacettes que des pochettes très colorées au style un peu naïf font passer pour de la musique pour enfants. Leurs riffs s’impriment dans nos cerveaux et nous mettent le sourire aux lèvres. Qui n’a jamais entendu « Genius of love » ? Personne, je pense. Ce classique sorti en 1981 a été samplé, re-samplé et re-re-samplé, presque au point d’en effacer les créateurs. Tina Weymouth et Chris Frantz ne sont rien moins que deux des membres de Talking Heads qui ont développé ce projet parallèlement à leur groupe d’origine. Ces deux-là font aujourd’hui partie de Gorillaz. Excusez du peu !

Was (not Was)

Wheel me out est le premier single (1980) de ce duo originaire de Détroit. Une musique totalement inclassable, quelque part entre rock et post-disco agrémentée par de petits airs jazzy… Mais cet espèce de flou artistique est magnétisé par l’image fascinante qui orne la pochette du 45T. Celle-ci a été prise lors de la projection de Bwana Devil, le premier film en 3D projeté au cinéma en 1952.

Passion « O »

Passion est sorti en 1982. The Flirts c’est l’un des groupes créés de toute pièce par Bobby « O ». La musique, les paroles, la prod, TOUT est de lui. Et les trois femmes que l’on aperçoit sur la pochette étaient des interprètes interchangeables. Une bonne dizaine aurait participé au quelques titres qui ont fait le succès de ce groupe. Pour les amateurs de kitsch des années 80, je conseille le clip. Magic « O » !!!

Cherchez le garçon…

…et trouvez son nom…

–> https://www.youtube.com/watch?v=BhTy8J0cBVI

C’est le titre le plus connu de Taxi Girl, un groupe français qui a existé de 1978 à 1986. Il est sorti en 1980. Taxi Girl, c’est du post-punk avec de fortes tendances synthé et romantiques qui le fera assimiler à la vague des « jeunes gens modernes ». Leur histoire est marquée par d’impressionnantes prestations scéniques et plusieurs drames liés à la drogue. Le chanteur, Daniel Darc est lui-même décédé d’une overdose de médicaments et d’alcool en 2013. RIP.

Le club

Attentat à la couleur est une sortie de l’année 1984 qui parle de graffiti. En voici les paroles :

Dazibao / graffiti / maquillages
Trace le monde à ton image
Dazibao / graffiti / maquillages
Trace le monde à ton image

Attention !
Rue des affiches déchirées
Entrepôts vides ou beaux quartiers
C'est n'importe ou ailleurs
(Attention!)
Provoque le regard, provoque la rumeur
Poudré, bardé, masqué
Macadam / rôdeur…
(Attention ! Attention !)
Attention !
Attentat à la couleur ! Oh oh oh !
(Attention, attention…)
Attention ! (chœurs)
Attentat à la couleur !
Ouh -ouh !

Danse ! La musique est dans ton corps
??? en plein effort, danse encore !
Danse ! Pousse le son toujours plus fort
Danse ! La musique est dans ton corps

Dazibao / graffiti / maquillages
Trace le monde à ton image
Dazibao / graffiti / maquillages
Trace le monde à ton image

Attention !
Quand y'a danger, brise la glace
Au long des façades d'plexiglas
Bombe les murs, la ville s'efface
(Attention ! Attention !)
Vapeur de carbone / Harmonie barbare
Dans les cris la fureur, le jour redémarre

(Attention ! Attention !)
Attentat à la couleur ! Oh !
(Attention, attention…)
Attention !
Attentat à la couleur !
Attentat à la couleur !

Danse ! La musique est dans ton corps
??? ??, danse encore !
Danse ! Pousse le son toujours plus fort
Danse ! La musique est dans ton corps

Bonoonnnnoonooonnnoooos

Il s’agit d’un titre tardif de Boney M, sorti en 1981. Fini l’âge d’or du disco, leur 5° et dernier album n’a pas eu un succès retentissant. Pourtant je m’arrête sur ce morceau qui me semble assez atypique. Évidemment, le déhanché de Bobby Farrell et les costumes à paillettes de ses trois camarades sont toujours là (sinon ce ne serait plus Boney M…) Mais cette fois-ci, on les retrouve à Kingston, filmés en pleine tournée, dans une version longue mise en relief par un clip vraiment chouette. J’aime bien le virage musical qui intervient au moment du débarquement de l’avion et les ambiances des rues de la capitale de Jamaïque. Sur le 45T, c’est faceA/faceB. A mon avis ces quatre-là ont sacrément dû s’amuser pendant leur carrière. C’est BOONOONOONOOS !