Yazoo

En 1981, Vince Clark en passe de quitter Depeche Mode rencontre dans un bar Alison Moyet. Ensemble, ils décident de former le groupe Yazoo. En 2 ans de collaboration, ils peuvent se vanter d’avoir laissé quelques tubes. « You and me both » est le second album sorti en 1983. Malheureusement en raison de nombreuses tensions, le groupe se sépare avant même la sortie du disque…

Notre ami David nous l’a offert après l’avoir trouvé dans des poubelles. Evidemment, on aime LE tube de l’album, Nobody’s diary et la coiffure de Vince dans le clip, mais Happy people n’est pas mal non-plus. En fait, sur tous les morceaux, le son du synthé est franchement génial (dans la lignée de Speak and Spell de D.Mode) + le design graphique magnifique de la pochetteBref, on est pas prêt de l’échanger, celui-là.

 

We are not men, we are…

DEVO

Ce groupe américain formé en 1973 autour d’instruments traditionnels va, dans les années qui suivent, créer une œuvre vraiment originale en y ajoutant des sons électroniques. Provocateur derrière une apparence clownesque, le groupe met en place un rock aux rythmiques atypiques et aux sonorités dissonantes qui va les amener à un réel succès populaire. Leurs textes autant que leurs costumes déjantés sont des critiques de la société américaine et de son consumérisme. On a pas résisté à acheter un bras notre album préféré de leur discographie, trouvé ce matin dans une boutique de Rennes. Freedom of Choice, sorti en 1980, est, à notre oreille, le plus punchy et funky de tous. Avec Girl u want, Gates of steel, ou encore Whip it dont voici le clip, c’est la mine à tube !

 

Divine Jungle du Nord

Une nouvelle prise ce matin, sous le vent du Nord, entre éclaircies et averses de grêle, le vide-grenier n’aura finalement pas été vain. « Jungle Jezebel » de Divine est le premier album de cet interprète sorti en 1982 sous le label « O » Records (encore lui…) Divine. Harris Glenn Milstead de son vrai nom. Anti-reine du disco, personnage ultra-caricatural et scandaleux, ce drag-queen égérie de John Waters, s’est rendu célèbre par ses premiers rôles dans les films trash de ce dernier. Déjantée, anticonformiste, il devient rapidement une icône de l’Amérique underground des années 80. Plusieurs documentaires lui ont été consacrés : Divine Trash (1998) et I am Divine (2013)

Sur cet album sont présents Step by step, Alphabet Rap ainsi que Shoot your shot, qui sont des titres phares de la carrière inouïe de cet artiste controversé(e?). Harris Glenn Milstead est décédé en 1988 alors qu’elle était sur le point de tourner sur un épisode de « Mariés et deux enfants ».

Planète Imagination

Voici le 2° album de ce groupe mythique des années 80, dont est extraite la fameuse Just an illusion ainsi que Music and lights…

A chaque fois subjuguée par leurs airs post-disco additionnés de voix sensuelles, je ne peux pas non-plus m’empêcher de sourire devant l’esthétique excentrique qui complète leur style, souvent imité, jamais égalé : quelques références à l’Antiquité (Grèce, Rome ou Egypte, peu importe…), on y ajoute une pincée de strass et de paillettes, un écran de fumée (on est dans les années 80, quand même…) le tout sur un fond cosmique, on secoue fort sur le dancefloor et on obtient une musique indémodable qui hante les ondes depuis presque 40 ans déjà. Planète Imagination !

Bobby « O »

L’une des personnalités les plus prolifiques des années 80 n’est autre que Bobby Orlando. Auteur, compositeur, interprète, producteur… rien ne l’arrête ! Glam-Rock ou Italo-disco, c’est aussi un précurseur de la High-Energy. Des groupes qu’il a produit, on peut citer Les Flirts, Divine, ou les Pet Shop Boys, pour les plus connus. Mais là où réside son originalité, c’est d’avoir composé et produit des centaines de disques avec des noms d’emprunts. J’aurais du mal à en citer beaucoup, il faut dire que la plupart sont restés obscurs mais par exemple Breathless de Gina Desire en est un.

Voici le premier album sorti sous son nom en 1983

Freedom in an unfree world est vraiment génial. On l’adore et on vous le conseille. Voici quelques titres qui donnent l’eau à la bouche et le feu sous les semelles : German girl, I pretendReputationEn fait il ne faut pas hésiter à toutes les écouter, et même à se les remettre.

Bobby Orlando Discography at Discogs