Valerie Dore

« Get closer » de l’italienne Valérie Dore (1984) La vérité est que je déteste sa voix, ainsi que le design graphique de ce 45T, vraiment sans intérêt mais par contre le son du synthé… et la présence sur scène de cette interprète (!) qui semble à chaque fois complètement possédée par ce qu’elle chante, j’adore !« The night » est un autre de ses morceaux/clip sublimé par l’instru magique des 30 premières secondes et sa performance scénique 😉 Je tiens à en féliciter les concepteurs, en particulier le coiffeur et le costumier. Un grand merci pour cette perle italo-romantique !

Pop Sato

« POP SATORI » sorti en 1986 a été disque d’or. Epaule tattoo, Paris le Flore, 4000 années d’horreur, Pop égérie (en duo avec Elli Medeiros), Duel au soleil ou encore le fameux Tombé pour la France… dans une pochette aux finitions dorées qui a été conçue par Etienne lui-même. Grande classe…

Mon titre préféré est « Epaule tattoo ». J’ai souvent bloqué sur le clip de ouf de ce morceau et je cherchais le 45T depuis longtemps. C’est mon mec qui a fini par me rapporter ce disque de chez Emmaüs alors qu’il déteste Etienne Daho. Résultat : il tourne en boucle à la maison. C’est beau l’amour…

Audace, indécence exigées
Blocus pour qui souhaite s'immiscer
Ce night club où le jazz est prisé
Réticence pour qui souhaite s'y glisser
Par le tempo possédée, sur la piste verglacée, da da dap dap
Par le tempo possédée, je l'ai vu danser
Ce night à l'admission privée
Entasse une foule électrisée
Par le tempo possédée, sur la piste verglacée, da da dap dap
Par le tempo possédée, ma Suzy dansait
Au Taboo, pas besoin de bagou
Son épaule est tattoo, tattoo
Là, sur sa peau gravé, à l'encre bleue dessiné, da da dap dap
Là, sur sa peau gravé, un tattoo bleuté
Audace, indécence exigées
Blocus pour qui souhaite s'immiscer
Ce night club où le jazz est prisé
Rictus crispé pour qui s'fait jeter
Vous avez sollicité, mes bas instincts suscités, da da dap dap
Vous m'avez sollicité, j'pouvais pas lutter
Oooh, Taboo, mais ce mot est à vous
Ton épaule est tattoo, t'es toute à moi
Je ne sais c'qui s'passa, Suzy dans le vice, versa, da da dap dap
Vice et vice et versa, quand Suzy cèda
Vice et vice et versa, Suzy dans le vice versa, da da dap dap
Vice et vice et versa, dans le vice, versa.

Amoureux solitaires

« Amoureux solitaires », chanté par la belle et ingenue LIO en 1980 (elle avait 17 ans…) a été conçu par Elli et Jacno. Il s’agit en réalité d’une version française de « Lonely lovers », un morceau de leur très rock’n’roll premier groupe de musique, les Stinky Toys. Elli est à l’origine des paroles et du design de la pochette, son associé, de la musique. Leur patte est indiscutable et le titre incontournable. Belle collab’ !

Pour la version karaoké :

Eh toi dis-moi que tu m'aimes
Même si c'est un mensonge et qu'on n'a pas une chance
La vie est si triste, dis-moi que tu m'aimes
Tous les jours sont les mêmes, j'ai besoin de romance

Un peu de beauté plastique pour effacer nos cernes
De plaisir chimique pour nos cerveaux trop ternes
Que nos vies aient l'air d'un film parfait

Eh toi dis-moi que tu m'aimes
Même si c'est un mensonge puisque je sais que tu mens
La vie est si triste, dis-moi que tu m'aimes
Oublions tout, nous-mêmes, ce que nous sommes vraiment

Amoureux solitaires, dans une ville morte
Amoureux imaginaires après tout qu'importe!
Que nos vies aient l'air d'un film parfait…

La la la la la…

Ok Chicago !

Résonance est une expérience musicale de Pierre Bachelet et Mat Camison (?). « Ok Chicago » est son premier disque sorti en 1975. Tout comme Jacno et Groquik de Nestlé, le titre peut se targuer d’avoir été utilisé en 1984 dans une publicité pour la marque UHU. Elle met en scène un superbe décor inspiré par le dessin de la pochette

–> https://www.ina.fr/video/PUB3784040102

Un grand moment de la télévision pour lequel je n’étais malheureusement pas née mais que je découvre avec beaucoup de plaisir aujourd’hui…

Le métro de Berlin

1981. Berlin n’est pas encore connu pour la bande originale du film Top Gun qui sera LE succès populaire du groupe. Formé de six membres venus de Californie, il sort son premier album sous le label Enigma Records pour moins de 3000$ : Pleasure victim. Dedans, se trouve ce qui sera (à notre goût) le meilleur titre de leur carrière : The Metro. Le son rend ouf, tout comme l’atmosphère un peu sombre du clip, dont la beauté esthétique reste emblématique de l’ambiance new-wave de ces années-là. Un incontournable de la collec’ !

I'm alone sitting with my empty glass
My four walls follow me through my past
I was on a Paris train I emerged in London rain
And you were waiting there swimming through apologies

I remember searching for the perfect words
I was hoping you might change your mind
I remember a soldier sleeping next to me
Riding on the metro

You wore white smiling as you took my hand
So removed we spoke of wintertime in France
Minutes passed with shallow words
Years have passed and still the hurt
I can see you now smiling as I pulled away

I remember the letter wrinkled in my hand
"I'll love you always" filled my eyes
I remember a night we walked along the Seine
Riding on the metro

I remember a feeling coming over me
The soldier turned, then looked away
I remember hating you for loving me
Riding on the metro

I'm alone sitting with my broken glass
My four walls follow me through my past
I was on a Paris train I emerged in London rain
And you were waiting there swimming through apologies - sorry

I remember searching for the perfect words
I was hoping you might change your mind
I remember a soldier sleeping next to me
Riding on the metro

Say what ?

Classique synth-pop de 1982. Captain Sensible se nomme dans la vraie vie Raymond Ian Burns. Ce projet musical solo fait suite à une expérience proto-punk aussi différente qu’intéressante : Johnny Moped. Mais plus surprenant encore, il a fait partie du groupe The Damned dans lequel il fut bassiste, guitariste, claviériste, chanteur et compositeur ! Il a quitté le groupe en 1980 pour ne le retrouver qu’au début des années 2000. Il semblerait qu’ils continuent de tourner… Je n’imaginais pas que l’âme d’un punk pouvait se cacher derrière cette pochette et ce style. Encore une belle surprise de la Galaxie 45.

DANGER !

You are a danger (1982) de Gary Low fait partie des premiers disques de notre collec’. On ne le passe plus beaucoup ces dernières années mais j’ai été agréablement surprise par le décor du plateau télé de ce live. Tellement italo !

 

Main dans la main

De la synth pop minimale comme je l’adore ! Le visuel autant que les paroles sont d’une fraîcheur inaltérable. La complémentarité des deux artistes est idéale. Rectangle a été produit par Jacno seul et Main dans la main est leur premier single commun, sorti 1980. Si c’est vrai que le nombre de notes est assez limité dans leur œuvre globale, celle-ci a le mérite d’être tout public et de ne pas se prendre trop au sérieux. RIP JACNO (2009)

N’importe quoi…

Tombé pour la France est une chanson d’Etienne Daho sortie en 1985. Tout sauf du n’importe quoi. La musique, les paroles, le beau clip, réalisé par Jean-Pierre Jeunet, l’attitude désinvolte et la coiffure négligée d’Etienne qui nargue la rigueur de son costard… Tout est réuni avec beaucoup de talent pour faire de ce titre un monument emblématique des années 80 en France. A écouter à fond sur les platines !

Tonton David

Le chanteur réunionnais nous régale avec ce clip de Peuples du Monde (vidéo d’assez mauvaise qualité, dommage) où apparaît entre autres le médiatique graffeur André pour une performance live, membre du crew 156 All Starz (avis aux connaisseurs…) Ambiance 1990 vintage !

Tchiki Boum

C’est sans conteste l’un de mes classiques indémodables. Le premier single du groupe rennais NIAGARA est un tube de l’été 1985. J’adore le style de Muriel Moreno, la chanteuse. J’ai quelques fois essayé de l’imiter en karaoké mais ça rend pas pareil…

Telegraph

Ce n’est pas le titre le plus connu d’Orchestral Manœuvre in the Dark mais il s’inscrit tout de même dans les premières expérimentations en matière de musique électronique (1983). On peut donc dire de lui qu’il est audacieux. En plus il s’illustre par un clip qui est un pur produit de l’esthétique des années 80. Tout y est : l’écriture digitale (rouge, en plus, la classe !), les fonds, les néons, la fumée, les objets et costumes rétros, le pas de danse « new wave » et bien sûr, le drapeau américain… Bref, ça vend du rêve 😉

L’été sera chaud !

On a ressorti les disques pour l’anniv’ de mon beau-frère. De bons classiques qui ont surtout fait danser les oncles et tantes qui sont venus pour l’occasion. Les plus jeunes, ils ne jurent que par l’électro et le nombre de vues sur Youtube. C’est déconcertant. Du coup, nous les avons laissés à leurs tablettes pendant qu’on faisait la fête. Extrait :

Original sin – Inxs

Banana split – Lio

J’aime regarder les filles – Patrick Coutin

Relax – Frankie goes to Hollywood

Thanks to you – Sinnamon

Der Komissar – Falco

 

We are not men, we are…

DEVO

Ce groupe américain formé en 1973 autour d’instruments traditionnels va, dans les années qui suivent, créer une œuvre vraiment originale en y ajoutant des sons électroniques. Provocateur derrière une apparence clownesque, le groupe met en place un rock aux rythmiques atypiques et aux sonorités dissonantes qui va les amener à un réel succès populaire. Leurs textes autant que leurs costumes déjantés sont des critiques de la société américaine et de son consumérisme. On a pas résisté à acheter un bras notre album préféré de leur discographie, trouvé ce matin dans une boutique de Rennes. Freedom of Choice, sorti en 1980, est, à notre oreille, le plus punchy et funky de tous. Avec Girl u want, Gates of steel, ou encore Whip it dont voici le clip, c’est la mine à tube !

 

Sur ma miouzik

Voici un beau 45T de l’ombre. J’aime tomber sur ce genre de titre, drôle et consternant à la fois. Ça frôle le génie tout en flirtant avec le ridicule. Pour ma part, d’un point de vue musical, j’assume totalement celui-ci. Quant au clip…

PS : Retournez le disque ! la face B n’est pas sans intérêt –> J’perds mon temps avec moi

 

Divine Jungle du Nord

Une nouvelle prise ce matin, sous le vent du Nord, entre éclaircies et averses de grêle, le vide-grenier n’aura finalement pas été vain. « Jungle Jezebel » de Divine est le premier album de cet interprète sorti en 1982 sous le label « O » Records (encore lui…) Divine. Harris Glenn Milstead de son vrai nom. Anti-reine du disco, personnage ultra-caricatural et scandaleux, ce drag-queen égérie de John Waters, s’est rendu célèbre par ses premiers rôles dans les films trash de ce dernier. Déjantée, anticonformiste, il devient rapidement une icône de l’Amérique underground des années 80. Plusieurs documentaires lui ont été consacrés : Divine Trash (1998) et I am Divine (2013)

Sur cet album sont présents Step by step, Alphabet Rap ainsi que Shoot your shot, qui sont des titres phares de la carrière inouïe de cet artiste controversé(e?). Harris Glenn Milstead est décédé en 1988 alors qu’elle était sur le point de tourner sur un épisode de « Mariés et deux enfants ».

Mystérieux TTC

Tom Tom Club, c’est un de nos incontournables. Pop groovy funky hip-hop, c’est une musique multifacettes que des pochettes très colorées au style un peu naïf font passer pour de la musique pour enfants. Leurs riffs s’impriment dans nos cerveaux et nous mettent le sourire aux lèvres. Qui n’a jamais entendu « Genius of love » ? Personne, je pense. Ce classique sorti en 1981 a été samplé, re-samplé et re-re-samplé, presque au point d’en effacer les créateurs. Tina Weymouth et Chris Frantz ne sont rien moins que deux des membres de Talking Heads qui ont développé ce projet parallèlement à leur groupe d’origine. Ces deux-là font aujourd’hui partie de Gorillaz. Excusez du peu !

Passion « O »

Passion est sorti en 1982. The Flirts c’est l’un des groupes créés de toute pièce par Bobby « O ». La musique, les paroles, la prod, TOUT est de lui. Et les trois femmes que l’on aperçoit sur la pochette étaient des interprètes interchangeables. Une bonne dizaine aurait participé au quelques titres qui ont fait le succès de ce groupe. Pour les amateurs de kitsch des années 80, je conseille le clip. Magic « O » !!!

Bonoonnnnoonooonnnoooos

Il s’agit d’un titre tardif de Boney M, sorti en 1981. Fini l’âge d’or du disco, leur 5° et dernier album n’a pas eu un succès retentissant. Pourtant je m’arrête sur ce morceau qui me semble assez atypique. Évidemment, le déhanché de Bobby Farrell et les costumes à paillettes de ses trois camarades sont toujours là (sinon ce ne serait plus Boney M…) Mais cette fois-ci, on les retrouve à Kingston, filmés en pleine tournée, dans une version longue mise en relief par un clip vraiment chouette. J’aime bien le virage musical qui intervient au moment du débarquement de l’avion et les ambiances des rues de la capitale de Jamaïque. Sur le 45T, c’est faceA/faceB. A mon avis ces quatre-là ont sacrément dû s’amuser pendant leur carrière. C’est BOONOONOONOOS !

Smalltown Boy

Smalltown Boy est le premier single du groupe britannique Bronski Beat en 1984. Ce titre est un incontournable des années 80 et une référence dans le milieu gay puisqu’il parle de la difficulté de vivre son homosexualité dans les campagnes (voir le clip). Le morceau ne cesse d’inspirer des reprises et des remix (cf. Indochine, Rebotini…) mais c’est l’originale qui est et restera la meilleure et unique version valable à mon oreille. En plus de sa valeur politique, la mélodie au synthé me bouleverse à tous les coups. Respect.

Baila borriquito !

MAGAZINE 60 c’est l’italo-disco à la française. Groupe originaire de Lille formé en 1981, ils étaient au départ trois avant que Jean-Luc Drion, le compositeur et producteur ne prenne seul les commandes en 1983 (il fera également partie du groupe MONTE KRISTO). C’est en 1984 et 1985 que sortent les titres « Don Quichotte » et « Rendez-vous sur la Costa del Sol » (avec la participation de Dominique Regiacorte et Pierre « El chico »). Deux énormes succès qui ont refait surface ces dernières années. C’est totalement kitsch et on adore !

Superwolf

Voici une nouvelle trouvaille du week-end : Can do it de Superwolf (1980). La musique ne casse pas des briques, mais grâce à l’image, ce petit rap old school devient tout-à-coup intéressant et drôle.

Ce soir c’est la folle ambiance…

… Au café ici la France !

Voici les premiers vers de ce cette chanson sortie en 1979. Ces trois garçons ne sont pourtant pas français mais belges. Le groupe, formé en 1978, n’était au départ qu’un canular. Inspiré tout à la fois par le disco et par l’utilisation d’instruments analogiques, leur univers teinté d’humour burlesque prends le contrepied de celui de Kraftwerk, froid et minimal, tout en lui empruntant ses codes (l’homme et la machine). Cela les a surement sauvés d’un succès commercial qui aurait pu récupérer le caractère subversif et impertinent de leur démarche. Au final, bien qu’on ne se rappelle pas tous les titres (notons quand même une pas remarquée du tout et très ironique participation à l’Eurovision en 1980…), Télex peut se vanter d’avoir été une authentique expérience artistique et a sa place parmi les références et les pionniers de la musique électronique. Moskow Disco est l’une de leurs pépites. Constatez…

La fête des fous

Les paroles de cette chanson m’ont, à l’époque où je l’ai découverte, rendue complètement dingue ! Il n’y a qu’à voir le clip pour constater que c’est un peu la fête des fous. On se croirait au carnaval de Dunkerque mais on est en fait à NY city en 1984 et Gloria Estefan chante son premier titre en anglais. Voici les paroles, à vous maintenant de les chanter :

Emergency - paging Dr. Beat - Emergency 
Doctor I've got this feeling 
Deep inside of me Deep inside of me. 
Ijust can't control my feet 
When I hear the beat When I hear the beat. 
Hey doctor Could you give me something 
To ease the pain To ease the pain 
'Cause if you don't help me soon 
I'm gonna lose my brain Gonna go insane. 
Ijust don't know Don't know 
How I'm gonna deal with you 
Doc Doc Doc Doc Doctor Beat. 
I just don't know Don't know 
Won't you help me Dr.Beat 
Doc Doc Doc Doc Doctor Beat 
Won't you help me Dr. Beat. 
Doc Doc Doc Doc Doctor Beat . . . 
Doc Doc Doc Doc Doctor Beat . . . 
Say Say Say Doctor I've got this fever 
That I can't control That I can't control. 
Music makes me move my body 
Makes me move my soul Makes me move my soul. 
Doc You better give me something 
'Cause I'm burning up Yes I'm burning up. 
Doc You've got to find a cure 
or we're gonna die Yes We're gonna die. 
I just don't know Don't know . . . 
Doc Doc Doc Doc Doctor Beat . . . 
Doc Doc Doc Doc Doctor Beat . . .

Cambodia

https://www.youtube.com/watch?v=3T2VizbQAwY

Voici un tube ! En plein boom de la new-wave, c’est le troisième de l’année 1981 pour Kim Wilde, après Kids in America et Chequered Love. On se laisse emporter par les synthés et la mélodie de Cambodia. Kim Wilde, c’est la classe et le sexy d’une femme des années 80. A noter que la chanteuse a mené parallèlement à la chanson une surprenante carrière de paysagiste, qui l’eut cru ? (cf. wikipédia, donc à vérifier quand même…) On note également que ce titre fait partie de la BO du film Discount, sorti en 2015.

Rétro-futur

On adore ce titre de Fancy (1986). Tout est là. Le personnage, la musique, le clip et un artwork largement repris par toute la génération rétro-futur actuelle.

On aime aussi le clip du titre « Slice me nice » dont nous n’avons malheureusement pas encore trouvé le disque 🙁

C’est la magie de la création spontanée, qui, dans ces années-là, oscille sur cette infime et sensible frontière entre génie visionnaire et esthétique kitsch.