Ken Laszlo

En fait, ce nom n’est que l’un des innombrables pseudonymes de l’artiste italien Gianni Laszlo Coraini (cf. Danny Keith, De Niro, Ricky Maltese…) sous lesquels il a sorti un paquet de titres dans un pur style italo-disco. Un beau design graphique habille ce premier succès. Il fait écho au clip tourné à Paris dans le quartier de La Défense en 1984.

Coming from the space

KOTO est un projet conçu par l’italien Anfrando MAIOLA. Jabdah qui sort en 1986, semble venir d’une autre dimension. Dès qu’il tourne sur la platine, c’est l’euphorie, et je n’ai qu’une envie, c’est de pousser le volume au max !

 

Top 50 !

P.LION est un artiste italien qui a eu beaucoup de succès dans les années 80. Pourtant, même si son nom ne rappelle pas grand chose, cet héritier d’une famille bourgeoise de Lombardie (il était comte) a pourtant marqué les esprits. En effet, deux de ses chansons ont été utilisée pour le générique du TOP 50 sur Canal+, TF6 et MCM. A partir de 1984, date de la première diffusion de l’émission, c’est son morceau « Dream », composé la même année, qui est utilisé. Tout d’abord original, puis remixé au fil des années. « Happy children » pourtant sorti plus tôt (1983) le remplacera quelques années début 2000 avant de céder sa place à « Dream » de nouveau. On peut dire qu’il fait partie de la mémoire collective d’au moins deux générations d’ados. TOP !

DANGER !

You are a danger (1982) de Gary Low fait partie des premiers disques de notre collec’. On ne le passe plus beaucoup ces dernières années mais j’ai été agréablement surprise par le décor du plateau télé de ce live. Tellement italo !

 

Did you ever dream ?

On aime Samuraï (1985), titre composé par Michael Cretu, producteur d’origine roumaine qui fut le créateur d’une œuvre assez hétéroclite : des tubes Sandra au groupe Enigma dans les années 90 (pas du tout ma came, par contre, sorry)

L’été sera chaud !

On a ressorti les disques pour l’anniv’ de mon beau-frère. De bons classiques qui ont surtout fait danser les oncles et tantes qui sont venus pour l’occasion. Les plus jeunes, ils ne jurent que par l’électro et le nombre de vues sur Youtube. C’est déconcertant. Du coup, nous les avons laissés à leurs tablettes pendant qu’on faisait la fête. Extrait :

Original sin – Inxs

Banana split – Lio

J’aime regarder les filles – Patrick Coutin

Relax – Frankie goes to Hollywood

Thanks to you – Sinnamon

Der Komissar – Falco

 

Passion « O »

Passion est sorti en 1982. The Flirts c’est l’un des groupes créés de toute pièce par Bobby « O ». La musique, les paroles, la prod, TOUT est de lui. Et les trois femmes que l’on aperçoit sur la pochette étaient des interprètes interchangeables. Une bonne dizaine aurait participé au quelques titres qui ont fait le succès de ce groupe. Pour les amateurs de kitsch des années 80, je conseille le clip. Magic « O » !!!

Baila borriquito !

MAGAZINE 60 c’est l’italo-disco à la française. Groupe originaire de Lille formé en 1981, ils étaient au départ trois avant que Jean-Luc Drion, le compositeur et producteur ne prenne seul les commandes en 1983 (il fera également partie du groupe MONTE KRISTO). C’est en 1984 et 1985 que sortent les titres « Don Quichotte » et « Rendez-vous sur la Costa del Sol » (avec la participation de Dominique Regiacorte et Pierre « El chico »). Deux énormes succès qui ont refait surface ces dernières années. C’est totalement kitsch et on adore !

Bobby « O »

L’une des personnalités les plus prolifiques des années 80 n’est autre que Bobby Orlando. Auteur, compositeur, interprète, producteur… rien ne l’arrête ! Glam-Rock ou Italo-disco, c’est aussi un précurseur de la High-Energy. Des groupes qu’il a produit, on peut citer Les Flirts, Divine, ou les Pet Shop Boys, pour les plus connus. Mais là où réside son originalité, c’est d’avoir composé et produit des centaines de disques avec des noms d’emprunts. J’aurais du mal à en citer beaucoup, il faut dire que la plupart sont restés obscurs mais par exemple Breathless de Gina Desire en est un.

Voici le premier album sorti sous son nom en 1983

Freedom in an unfree world est vraiment génial. On l’adore et on vous le conseille. Voici quelques titres qui donnent l’eau à la bouche et le feu sous les semelles : German girl, I pretendReputationEn fait il ne faut pas hésiter à toutes les écouter, et même à se les remettre.

Bobby Orlando Discography at Discogs

 

Un beau dimanche de chine

Se lever tôt le dimanche matin pour aller chiner n’a jamais été un problème. Quant il faut gratter le gel sur le pare-brise avant de s’enfoncer dans la campagne pour rejoindre les vide-greniers d’obscurs villages en plein hiver, la récompense, ce sont les petites galettes que l’on ramène à la maison. Nous avons fini par tomber sur Slice me nice de Fancy. Comme quoi, il ne faut jamais désespérer. En prime, voici un petit son sympathique de Colonel Abrams, qu’on ne connaissait pas jusqu’à aujourd’hui. Le style « laser rose fluo » n’est pas sans rappeler Stomp des Brothers Johnson.

https://www.youtube.com/watch?v=tSNWeXGZMcU

https://www.youtube.com/watch?v=vxceCsEtMCg

Rétro-futur

On adore ce titre de Fancy (1986). Tout est là. Le personnage, la musique, le clip et un artwork largement repris par toute la génération rétro-futur actuelle.

On aime aussi le clip du titre « Slice me nice » dont nous n’avons malheureusement pas encore trouvé le disque 🙁

C’est la magie de la création spontanée, qui, dans ces années-là, oscille sur cette infime et sensible frontière entre génie visionnaire et esthétique kitsch.

 

I never dance

Ce week-end, quelle ne fut pas notre surprise de découvrir pour la modique somme d’1€, ce disque au petit vide-grenier du coin, entre Sardou et Johnny ?

I never dance de Crysalis est une petite pépite d’italo-disco que nous avions reniflé il y 7 ans sur Youtube. Ni un 45T, ni un maxi 45T mais un 33 GIRI MAXI SINGLE !!!

Autant dire que depuis 3 jours, impossible de décrocher, il tourne en boucle à la maison…